Nous voulons tout (2011)

texte Nanni Balestrini
traduction Pascale Budillon
adaptation et mise en scène Jérôme Richer
jeu Freddo L'espagnol
assistanat mise en scène Anne-Shlomit Deonna
scénographie Stefan Lauper
lumières Joëlle Dangeard


REPRÉSENTATIONS

  1. 8 au 20 novembre 2011 au 2.21 (Lausanne)
  2. 24 novembre 2011 à l'Usine à Gaz (Nyon)
  3. 25 et 26 novembre 2011 au Théâtre de la Tournelle (Orbe)
  4. 1 au 3 décembre 2011 au Petithéâtre (Sion)
  5. 9 et 10 février 2012 à la salle des Hospitalières (Porrentruy)
  6. 17 au 19 février 2012 à l'ABC (Chaux-de-Fonds)
  7. 17 au 28 avril 2012 à l'Étincelle (Genève)

RÉSUMÉ

" Que faire maintenant ? Qu'est-ce que je fais ? Que faut-il faire ? Je n'avais jamais volé, je n'avais jamais possédé de revolver. Je n'étais ni médecin, ni avocat. J'étais vraiment rien, je ne pouvais rien faire. Et pourtant j'avais cette envie de vivre, de faire quelque chose. Parce que j'étais jeune et que le sang battait dans mes veines. J'étais gonflé à bloc. Je voulais faire quelque chose. J'étais prêt à faire n'importe quoi." - Nanni Balestrini - Nous voulons tout (éditions Entremonde)

Portrait d'un ouvrier à la fin des années 1960 en Italie, de sa découverte de l'engagement, de ses contradictions, de ses lâchetés, Nous voulons tout est à l'origine un roman. Il a été inspiré à son auteur, Nanni Balestrini, par sa rencontre avec un ouvrier de la Fiat, un de ces immigrés intérieurs, déplacé du sud pour travailler dans les grandes usines du nord.Nous voulons tout semble avoir été écrit pour Freddo L'espagnol, le comédien qui porte sur scène cette parole pleine de vie et de poésie brute.

Un spectacle pour redonner une visibilité au monde ouvrier, en dehors de tout misérabilisme social. Un spectacle rempli d'humanité et d'espoirs en des lendemains meilleurs.

PRESSE

"A travers des mots d'une justesse et d'un réalisme étonnants, la montée du mécontentement ouvrier est palpable. Le comédien ne semble plus interpréter, il devient le travailleur; on comprend ainsi quel sera le point de départ, dès 1969 d'une décennie de bouillonnement révolutionnaire en Italie. Témoignage historique ou œuvre documentaire, Nous voulons tout ne cherche pas à faire de l'ouvrier le héros d'une lutte, il apparait comme un être abîmé par les émotions, les colères, les doutes et les frustrations. La langue, miroir des blessures, est à la fois brute, incisive et poétique." Laurence Loewer - Le Courrier (11 novembre 2011)

"L'action se passe en Italie du Nord, avant les Années de plomb. La scénographie particulière repose sur une vingtaine de cuvettes de WC qui jonchent le plateau de théâtre. Éclairés parfois de l'intérieur, motorisés pour certains, ces objets manufacturés représentent la masse, la conscience du "nous" qui va progressivement gagner le personnage. Petit à petit, le visage de l'ouvrier s'efface pour mettre en lumière les objets de porcelaine qui rappellent le célèbre ready-made de Marcel Duchamp, et qui figurent de manière inattendue la lutte des ouvriers." Cécile Gavlak - Le Nouvelliste (22 novembre 2011)

EXTRAIT VIDÉO

SOUTIENS

Ville de Genève, % culturel Migros, Fondation Ernst Göhner, Fonds Mécénat SIG, Corodis et Fonds d'encouragement à l'emploi des intermittents genevois.