Tout ira bien (2015)

texte et mise en scène Jérôme Richer
collaboration artistique Olivia Csiky Trnka
jeu Vincent Bonillo, Fanny Brunet, Mathias Glayre, Frédéric Mudry, Marcela San Pedro
vidéo Nicolas Wagnières
musique Andres Garcia
lumière Joëlle Dangeard
costumes Irene Schlatter


REPRÉSENTATIONS

  1. 17 février au 8 mars 2015 au Théâtre du Grütli (Genève)
  2. 1 au 2 octobre au Festival des Francophonies en Limousin
  3. 8 au 9 octobre 2015 au Théâtre du Crochetan (Monthey)

RÉSUMÉ

« Nous avons tous une histoire avec les roms / Je veux dire /Nous avons tous une petite anecdote personnelle à raconter où les roms jouent un rôle important »

C'est par ces mots que Jérôme Richer commence Tout ira bien, pièce en trois parties, qui est pour son auteur « une tentative pour interroger notre rapport à la communauté en regard des relations que nous entretenons avec les roms, gitans, manouches... ». Sans jugement préconçu, il confronte les opinions et questionne les mécanismes de l'exclusion. Un projet qui mêle adroitement le stand-up, le montage et l'enquête. Avec le désir de tordre le cou à quelques certitudes et l'espoir de briser la distance qui nous sépare les uns des autres. Même si Jérôme Richer ne croit plus en la capacité de l'art de changer le monde, il lui reste la possibilité de changer nos vies.

Jérôme Richer a reçu pour l'écriture du texte une bourse culturelle de la Fondation Leenaards ainsi qu'une bourse d'aide à la création de la Ville de Genève en 2012.

Une première version du texte a été lue au Festival des Francophonies en Limousin le 28 septembre 2014 au Théâtre de l'Union dans le cadre du Bar des Auteurs.

PRESSE

"Tout ira bien n'évite en effet ni l'humour beauf, ni l'agressivité parfois légitime que cette population et sa pratique de la mendicité peuvent provoquer. Mais l'auteur et metteur en scène voit plus grand. Au fil d'une ambitieuse proposition en trois volets qui va du plus musclé au plus poétique, Jérôme Richer jette une lumière sensible sur nos peurs et nos a priori." - Marie-Pierre Genecand - Le Temps (19/02/2015)

"La réflexion vacille : emporté par les gags, les vociférations, l'ironie noire, le comique de geste ou de situation, le spectateur s'esclafe... avant de s'écraser net, fauché par une diatribe, transpercé par une phrase. Face aux Roms, Tout ira bien force à réfléchir de manière paradoxale : moquerie, ironie et racisme sont au rendez-vous, faisant ressortir les pires côtés de chacun - sans que le public oublie que ces comportements répètent ceux teintés d'hypocrisie d'un Occident propret. Le rire naît de la confrontation à ses propres paradoxes, actions ou pensées : on rit, en se sentant coupable de rire. Surtout quand, évoquant une vieille Manouche qui mendie devant une Coop, à côté des chiens domestiques attachés (certains, eux, d'avoir gîte et couvert à leur retour chez eux), un personnage conclut « En Occident, il est préférable d'être un animal de compagnie plutôt qu'un être humain. » - Peut-on rire de tout ?" Magali Bossi (24/02/2015"

"Jérôme Richer interroge ce que "notre" rapport aux Roms dit de la société. Plutôt que de vouloir rassembler autour de valeurs ressassées - pour la liberté d'expression, contre le racisme; pour le bien, contre le mal - il creuse les ambivalences. En ces temps où l'on nous abreuve de pensée consensuelle, Jérôme Richer prône la contradiction." - Marina Skalova - Cassandre (Printemps 2015)

BANDE-ANNONCE

REPORTAGE VIDÉO

COPRODUCTION

Théâtre du Grütli

SOUTIENS

Loterie Romande, Pro Helvetia, fondation suisse pour la culture, Fondation Ernst Göhner et Fonds d'encouragement à l'emploi des intermittents genevois.